Chronique EESF n°16 - février 2011

Participer à une dynamique de développement local, pour la rendre durable

Energie, Eau Potable, Education, Environnement, Renforcement des systèmes agricoles …. A peine trois ans après son lancement, le programme EESF est présent sur tous les fronts du développement local. Comment, me demandait-on récemment, cela est-il possible alors que les ressources humaines de SOPREEF, sa structure de coordination, sont limitées ?

Tout un réseau d’hommes et de femmes

Cela est tout d’abord possible par la présence active à nos côtés de personnes attirées par la démarche solidaire que nous leur proposons. Notre volonté de transparence et le dévouement d’Abdoulaye dans la facilitation de leurs participations les rendent confiantes dans notre sincérité ; et les premiers résultats, fruits de notre propre investissement, attestent de nos capacités et notre volonté à aller jusqu’au bout de nos objectifs. Leurs contributions à la gestion globale du programme, sous forme de savoirs partagés, de temps consacré, de critique constructive, de mobilisation de leurs réseaux de relations, sont inestimables.

Cela est possible grâce au tissage patient de partenariats de qualité. Ils nous apportent la capacité financière qui nous fait défaut, mais à travers une relation équilibrée qui encourage l’initiative et la solidarité au sein du programme. Préserver notre capacité d’innovation, de mobilisation, cette liberté créative dans laquelle se trouve tout notre potentiel, est essentiel pour que les financements acquis ne soient pas reçus comme une assistance. Présent d’Avenir, en nous apportant un financement non dédié à une réalisation particulière, nous a permis de disposer du temps nécessaire à l’établissement de tels partenariats.

Cela est possible grâce à tous ceux qui, dans les villages, répondent à notre invitation à prendre l’initiative, acceptent d’amorcer avec nous l’action, même avec très peu de moyens : ils ouvrent la voie sur laquelle nous inviterons nos partenaires à entrer. Souvent anonymes, ils sont la clef de voute de tout ce que nous faisons Ce sont aujourd’hui des paysans ou des instituteurs ; se joindront bientôt à eux, nous y tenons beaucoup, des jeunes et des femmes. En retour, nous leur devons de consacrer en priorité nos ressources à les appuyer et à promouvoir leurs réalisations. Ce programme est d’abord le leur.

Cela est possible grâce à un effort continu de capitalisation et de diffusion de l’expérience de chacun d’entre nous, pour que des synergies se développent entre toutes ces capacités mobilisées, d’ici et d’ailleurs, que soit valorisée chaque contribution reçue - il n’y en a pas de grande ou de petite - et que se dégage de l’ensemble une vision commune de ce que pourrait être un développement local durable.

Cela est possible enfin car, malgré l’important investissement que la mise en œuvre de ce programme a demandé de la part de ceux qui l’ont fondé, ils ont accepté de ne pas se l’approprier. La possibilité offerte à chaque groupe d’acteur d’être représenté au niveau de SOPREEF, et le souci permanent que chacun soit traité de façon équitable, en sont de bonnes illustrations : la démarche engagée n’a de sens que si elle est partagée.

Ainsi ce sont au total plus de quarante personnes, de conditions très diverses, qui se sont associées à nous au cours de l’année écoulée. Et nous n’allons pas en rester là !

Voilà comment le programme EESF est en train de se construire. Bien sûr toute cette dynamique qui germe en son sein ne deviendra durable que lorsque nous pourrons nous appuyer sur des compétences locales stables, créer des emplois qui intéressent des techniciens. Cela suppose de disposer de revenus stables (nous y travaillons activement), mais aussi de créer un environnement qui motive et rassure.

Nous devons garantir, à ceux qui viendront travailler avec nous, qu’ils pourront compter sur notre appui pour surmonter les difficultés de tous ordres qui inévitablement se présenteront à eux. Ce sera possible si ceux sur lesquels nous nous appuyons aujourd’hui continuent demain à cheminer avec nous, si toutes ces relations évoquées ci-dessus s’inscrivent dans la durée.

Informer, pour partager une même vision

Un nouveau partenariat a été récemment scellé avec Kinome (France) qui, à travers son programme ‘Forest and Life’, draine des ressources au profit d’acteurs de la lutte contre la désertification. Un des souhaits de Kinome était de pouvoir diffuser très largement, sur internet, et de façon quasi continue des informations sur la vie du programme EESF et de ses acteurs.

Pour donner à nos activités une plus grande transparence, nous avons proposé que cette information soit produite, chaque fois que possible, de façon indépendante par des regards extérieurs aux nôtres. Et puis, pour que cette information ne soit pas simplement ‘exportée’ mais qu’elle soit accessible aussi à tous ceux qui travaillent avec nous sur le terrain, pour qu’ils sachent comment est perçue leur action, nous étudions la possibilité que l’information transmise à Kinome soit diffusée sur les ondes de la radio locale, Niombato Fm.

Ainsi, paysans, enseignants, élus locaux, partenaires nationaux et internationaux, et tous ceux qui participent de près ou de loin, parfois simplement de cœur, aux activités de notre programme, pourront partager ces regards portés sur elles. La solidarité, ce n’est pas simplement un partage de ressources ; c’est d’abord le partage d’une vision.

Cette vision, chacun de ceux qui nous visiteront sera désormais invité à l’enrichir de son propre regard, de ses propres mots. En contribuant à renforcer la transparence du programme EESF et à développer entre tous ceux qui l’animent une vision commune, ils contribueront à l’émergence d’une dynamique durable de développement local.


publié par   Bruno Legendre
le lundi 21 février 2011
 
 
Site under construction

Site under construction

Warning: a technical problem (SQL server) prevents access to this part of the site. Thank you for your understanding.

A lire...

Brèves

26 juillet 2019 - Bioressources....

La chimie du végétal utilise des ressources végétales pour la fabrication de produits et de (...)

8 mars 2019 - Filière équitable

Le marché de la cosmétique naturelle explose. Les profits générés par la filière sont énormes. En (...)

27 janvier 2017 - Energie propre : c’est parti !

THD a conclu un accord de représentation de SOLEA, filiale de SIREA Groupe (France) au niveau de (...)